Tourisme : En Grèce, sur la route des théâtres antiques

 la source ; lavdn.lavoixdunord.fr 

Relativement méconnue des voyageurs, l’Épire, dans le nord-ouest de la Grèce, entend se tailler une part plus importante du gâteau du tourisme. Cela passe par la mise en valeur de son patrimoine historique, notamment de ses théâtres antiques, grâce à la création d’une route thématique.

Le voyage commence à Gitana, cité fondée au IVe siècle avant Jésus-Christ. Quatre à cinq mille spectateurs pouvaient prendre place dans son théâtre. Les pierres d’origine, très mal conservées, sont en cours de restauration chimique. Nombre d’entre elles portent des inscriptions mentionnant le nom d’esclaves affranchis et de leurs anciens maîtres. Derrière, une large allée pavée mène au prytanée, cœur symbolique et politique de la cité, au sol recouvert de mosaïques.

La route met ensuite le cap au sud. Elle longe le lac de Kalodiki, parsemé de lotus, avant de surplomber les marais du delta de l’Achéron, le fleuve des Enfers. Sur sa berge, des murs épais marquent l’emplacement du nécromanteion, l’oracle des morts. Les vivants pouvaient y entrer en communication avec leurs ancêtres par l’intermédiaire d’un prêtre en transe – les fidèles étaient eux-mêmes plongés dans un état second  – lors de rituels comprenant jeûne, prières, méditation, agapes et sacrifices. Le complexe actuel – temple, labyrinthe et « parloir » souterrain – date de la période hellénistique (IVe siècle avant J.-C.) mais l’oracle est bien plus ancien. Homère le décrit dès le VIIIe siècle : dans L’Odyssée, Ulysse vient y consulter le devin Tirésias.

Entre oracles et théâtres

Après les profondeurs souterraines, place à l’ivresse des cimes. La cité fortifiée de Cassopi domine la mer de 600 mètres, au milieu des pins, des fleurs sauvages et des chèvres. Cette colonie corinthienne fondée au VIe siècle a compté jusqu’à 10 000 habitants et conserve d’imposants monuments (agora, murs d’enceinte…). Au sommet, le théâtre du IIIe siècle pouvait accueillir 6 000 spectateurs. L’érosion n’a pas épargné ses gradins mais la vue est imprenable.

Changement de décor à Nicopolis – la ville de la victoire –, fondée par Octave, le futur empereur romain Auguste, après la bataille d’Actium, en 31 avant J.-C. La capitale de l’Épire romaine aligne un parlement, un nymphée, un aqueduc, un stade et deux théâtres. Contrairement à leurs modèles grecs qui épousaient les pentes naturelles, ils s’appuient sur de solides murs de brique. Le grand accueillait les Jeux actiens, comparables aux Jeux olympiques. Sa restauration devrait s’achever en 2022. Plus petit, l’odéon est aussi mieux conservé.

Après Ambracie (Arta, lire ci-contre), la route s’achève en apothéose à Dodone, un des plus grands oracles de la Grèce antique. De nombreux temples témoignent de l’importance du sanctuaire dédié à Zeus et Dioné, actif du XIVe au IVe siècle avant J.-C. On reste surtout sous le charme de son grand théâtre (17 000 places), empreint de majesté et de sérénité.

On a aimé. La sérénité qui se dégage de ces sites à l’écart des circuits touristiques. L’animation des villes. La gastronomie locale.

On a moins aimé. Revers de la médaille, certains sites sont difficilement accessibles et mal desservis par les transports. La route qui mène à Gitana est ainsi en à peine meilleur état que son théâtre…

B9718505784Z.1_20190207154707_000+G5VCTV6JS.1-0

                                                                                          Dodone

La route des théâtres antiques de la Grèce antique – la voi de nord(pdf)